Les 5 clés pour perdre du poids durablement

Mis à jour : janv. 22


Perdre du poids, et surtout perdre du poids durablement, beaucoup d'entre nous s'y sont déjà essayés avec plus ou moins de succès. On sait tous que les sucreries et les fritures font grossir, et que faire du sport aide à réguler le poids... Mais la clé d'une perte de poids réussie et durable ne se trouve pas uniquement dans l’alimentation et l’exercice physique (si seulement !!).

Car l’alimentation n’est pas le seul vecteur d’un dérèglement du poids. Le surpoids est lié à la fois à des éléments physiques, biochimiques, hormonaux, psychologiques, neuroscientifiques, sociétaux, environnementaux…

Perdre du poids durablement ? Pas si simple…

Aujourd’hui, face à l’épidémie de maladies de civilisation (maladies métaboliques : diabète, obésité…), l’approche de la gestion du poids a évolué. Avant on considérait forcément que si un individu était en surpoids, c’était parce qu’il mangeait trop ou qu’il ne faisait pas assez d’exercice physique. Cette règle était basée sur le principe de la thermodynamique, c’est-à-dire des calories : si on ne brûle pas toutes les calories que l’on ingurgite, elles se stockent et on grossit.

On sait désormais que les choses ne sont pas « aussi simples ». Que le fait d’être en surpoids ou obèse n’est pas uniquement une question de volonté et de self-control.

Et que les régimes hypocaloriques qui ne prennent en considération que l’alimentation et la dépense énergétique sont généralement voués à l’échec.

Pourquoi ? Tout d’abord parce que toutes les calories ne se valent pas.

En termes de santé et d’impact sur l’organisme on ne peut pas comparer 50 calories issues d’une carotte et 50 calories issues d’une barre chocolatée. En termes de nutriments, nos choix alimentaires, même s’ils peuvent sembler « caloriquement » corrects, sont susceptibles d’avoir des conséquences physiologiques sur notre corps, notamment en termes de neurotransmetteurs et d’hormones, comme l’insuline qui contrôle la glycémie. Cela peut provoquer des déséquilibres qui vont amener notre cerveau à vouloir toujours davantage de nourriture, toujours davantage de sucre.

Depuis quelques années déjà le rôle déterminant des index glycémiques et des charges glycémiques des aliments a été mis en avant.

Le phénomène de déséquilibre s’amplifie lorsque nos émotions s’en mêlent.

Le stress, ou plutôt l’accumulation des petits stress de la vie quotidienne de nos sociétés contemporaines, peut dérégler certaines glandes endocrines, responsables de la sécrétion d’hormones telles que le cortisol, l’adrénaline, la sérotonine, la dopamine et même l’insuline. Ce dérèglement va provoquer des « fausses faims » qui vont nous pousser à manger, grignoter, alimentant ainsi sans fin le cercle vicieux. Mais quel que soit le vide qu’il y a dans notre cœur, tout le chocolat du monde ne parviendra pas à le combler ! C’est donc avant tout grâce à la gestion de notre stress et de nos émotions qu’une perte de poids peut être saine et durable.

Les 5 clés pour perdre du poids durablement

Comme vous l’avez sans doute constaté, on a tous dans notre entourage cet(te) ami(e) qui peut manger tout et n’importe quoi, et qui pourtant reste svelte et en forme (ce ne sera peut- être pas toujours le cas). On a évidemment le droit d’envier cette personne, mais au final, ça ne nous avancera pas à grand-chose… Chacun est comme il est, avec ses forces et ses faiblesses. Il s’agit de les prendre en considération avec bienveillance, et d’avancer.

Clé n°1 : une alimentation individualisée

Pour perdre du poids durablement, il est bénéfique de composer son alimentation autour d’un certain nombre d’éléments déterminants :

  • les index et la charge glycémiques, c’est-à-dire la capacité d’un aliment à faire grimper le taux d’insuline dans l’organisme. Ce mécanisme est important vis-à-vis du sentiment de satiété et du stockage.

  • les associations alimentaires, entre les différentes catégories d’aliments (féculents, lipides, protéines animales et végétales, légumes, fruits). De bonnes associations peuvent faire baisser la charge glycémique d’un repas, faciliter la digestion et permettre de ne pas favoriser le stockage.

  • la chronobiologie : en fonction des moments de la journée, l’organisme ne « réclame » pas les mêmes nutriments, et il ne les « stocke » pas non plus de la même manière. Par exemple le matin, il est déconseillé de manger sucré…

  • les rythmes des repas : s’il est important de manger à heure régulière, il l’est tout autant de laisser de larges plages de « repos digestif » entre les différents repas. En d’autres termes, ne pas grignoter bien sûr, mais pourquoi pas aussi tester le jeune intermittent/Fasting, avec une alternance sur une même journée d’une période durant laquelle on reste à jeun et d’une période durant laquelle on peut manger.

Ces conseils restent bien sûr très généraux, et doivent être nuancés. Chaque personne possède un métabolisme et des capacités digestives qui lui sont propres. Tout le monde ne peut donc pas manger la même chose, aussi bien en ce qui concerne la nature des aliments que leur quantité, aussi injuste que cela puisse sembler... L’alimentation doit donc être adaptée, individualisée, en fonction de la constitution de la personne et de son rythme de vie (travail, enfants, etc.).

Clé n°2 : gérer son stress et ses émotions, apaiser le mental

Ce sont les émotions qui nous conduisent inlassablement vers la nourriture. Manger des douceurs, pour être doux avec soi-même. Calmer l’anxiété, la colère, la peur, la tristesse, la lassitude… Certains outils peuvent nous aider à mieux gérer ces émotions, ce stress, afin de moins être la proie des pulsions alimentaires et de mieux leur résister.

Lorsque les émotions et le stress s’en mêlent, vous avez sans doute remarqué que votre respiration se modifie : plus courte, plus saccadée, plus rapide. En fait, l’organisme tout entier opère un certain nombre de modifications globales pour s’adapter à cet état de stress (c’est le mode orthosympathique du système nerveux autonome, le « mode guerrier »). Pour ramener le calme et nous laisser de prendre du recul, les techniques de respiration sont parmi les meilleurs alliés. Plutôt simples et peu chronophages, elles permettent d’avoir une action directe et volontaire sur notre système nerveux autonome, qui gère toutes les fonctions involontaires de l’organisme (muscles lisses, digestion, glandes, cœur… et respiration).

Il existe de nombreuses méthodes qui ont fait leurs preuves : la respiration ventrale, la respiration alternée, la cohérence cardiaque… La méditation, basée sur le souffle également, est aussi un excellent choix. De nombreuses applications sur smartphone peuvent vous aider à mettre en place ces techniques.

La pratique du qi gong, ou du yoga par exemple, sont également très efficaces.

Clé n°3 : faire la paix avec le passé, s’entourer de pensées positives

Perdre du poids durablement, cela nécessite de rompre avec nos schémas de pensées habituels. Évidemment, c’est plus facile à dire qu’à faire... Pour certaines personnes, se libérer du passé ne pourra se faire sans l’aide d’un thérapeute spécialisé (psychothérapie, EFT, EMDR).

Mais il existe également des méthodes, parfois très simples, pour nous permettre de faire la paix avec le passé : la Pensée positive, avec exercices de visualisation positive par exemple (à faire quotidiennement). Le Chi Nei Tsang et le Tui Na peuvent également permettre d’aider à évacuer les blocages.

Clé n°4 : une activité physique régulière et variée

Attention, ici je ne parle pas de faire du sport pour maigrir. La pratique du sport est bien entendu intéressante pour perdre du poids, mais une perte de poids liée à la pratique du sport n’est durable que si cette pratique est maintenue dans le temps. Plus que maintenue d’ailleurs : pour continuer à être efficace il faudra l’augmenter progressivement, puisque le corps va s’y habituer. C’est pour cette raison également qu’il est intéressant de varier l’activité physique.

D’ailleurs, quand je parle d’activité physique, je ne parle pas de s’inscrire à la salle de sport et d’y rester 3h par jour. Un marche rapide et soutenue d’1/2h, deux fois par jour, est une activité physique parfaitement suffisante.

Évidemment, pratiquer une activité physique modérée et régulièrement améliore d’une manière globale notre santé. Plus précisément, si l’activité physique est importante pour perdre du poids durablement, c’est avant tout par son aspect détoxifiant. Elle va ouvrir les émonctoires (foie, reins, intestins, peau, poumons) et permettre une meilleure évacuation des toxines et des déchets de notre organisme, qui va donc mieux fonctionner, mieux éliminer, moins stocker.

Clé n°5 : les compléments alimentaires, une aide bienvenue

Les compléments alimentaires ne sont bien sûr pas obligatoires pour mincir. Néanmoins, ils peuvent fournir une aide très appréciable. Leur choix doit être, tout comme celui de l’alimentation, personnalisé, adapté.

On va utiliser différents groupes de compléments en fonction des phases de la perte de poids.

Ainsi, avant de débuter le programme de perte de poids, il peut être intéressant de prendre des plantes dites adaptogènes. Elles vont aider notre corps à mieux gérer les stress et à se revitaliser d’une manière générale. Mais elles possèdent également leurs spécificités propres, ce qui déterminera le choix de l’une par rapport à l’autre. On peut citer par exemple la Rhodiole (Rhodiola) et la Griffonia.

Les compléments alimentaires peuvent également aider à limiter la sensation de faim. Certaines plantes riches en mucilages peuvent servir de « ballast » dans notre estomac et ainsi donner une impression de satiété. A cet effet sont souvent utiliser le Konjac, ou la Pectine de pomme par exemple.

Certaines plantes ont également la propriété de « brûler » les graisses, comme par exemple le Thé vert ou le Maté, ou de calmer les envies de sucre, comme le Gymnema Sylvestris et le Mûrier noir.

Pour renforcer l’action détoxifiante et éliminatrice de l’activité physique, on peut également avoir recours au Pissenlit, à la Piloselle, aux Queues de cerise, à la Reine des prés

Perdre du poids durablement…

… est un exercice de longue haleine. Souvent, on veut faire trop, trop vite. On perd les premiers kilos rapidement, puis on ne perd plus assez vite à notre goût, le découragement s’installe et on se jette sur la nourriture…

C’est pour cette raison que je vous conseille très sincèrement, avant d’agir directement sur l’alimentation, de commencer par les clés n°2 et n°3, avec l’aide également de compléments alimentaires adaptés. Cette « préparation du terrain », même si elle peut sembler fastidieuse, est essentielle, et pourra vous protéger du fameux effet yoyo.

Bibliographie

Guillaume Gérault, 2010, 3 semaines pour mincir, éditions Albin Michel.

Jean-Michel Gurret, 2010 : Maigrir et rester mince avec l’EFT, LEDUC.S Editions.

Dr Robert Lustig, 2012 : Sucre, l’Amère vérité, éditions Thierry Souccar.

Fabienne Millet et Sioux Berger, 2011 : Ma petite herboristerie minceur, éditions Marabout.

Michel Pierre et Caroline Gayer, 2016 : Ma Bible des secrets d’herboriste, LEDUC.S Editions.

Philippe Rizzo et Isabelle Bruno, 2017 : Réflexologie en 40 points magiques, éditions Hachette bien-être.

Dr Yann Rougier, 2017 : Programmez votre Cerveau Minceur, éditions Albin Michel.

Gary Taubes, 2011 : Pourquoi on grossit, éditions Thierry Souccar.

#perdredupoidsdurablement

CABINET  DE NANTEUIL-LÈS-MEAUX

________

JEUDI 10:00 - 19:30

SAMEDI 14:00 - 19:30

________

Pôle santé « les Vergers de Médicis »
2 Allée de la Ferme de la Reine,
77100 Nanteuil-lès-Meaux

________

 

EN VISIOCONFERENCE

________

Où que vous soyez

________

​07 67 76 95 68

CABINET  DE CRECY-LA-CHAPELLE

________

LUNDI 10:00 - 19:30

MERCREDI 10:00 - 19:30

________

12 Rue de la Tour aux Saints

77580 Crécy-la-Chapelle

________

​07 67 76 95 68

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc
  • Pinterest - White Circle

________

 

Pour me suivre sur

les réseaux sociaux :

 

Où se

rencontrer

Exclusif content copywriting 2020 by Agathe Lapalut

WebDesign & Web Développement by JMLGraphic.com et Agathe Lapalut